Les chocolateries du Venezuela sont apparues au milieu du XIXe siècle

Chocolatiers au Venezuela

La Española, fondée à Caracas en 1854, et El Indio, en 1861, ont été les deux premières chocolateries établies dans le pays.

Les premières chocolateries ou chocolateries du pays ont ouvert leurs portes au milieu du XIXe siècle.

Les deux premiers enregistrés sont ceux établis à Caracas La Española, fondés par l'homme d'affaires et journaliste espagnol Faust Théodore d'Aldrey en 1854, qui finit par se consacrer exclusivement à son journal La Opinion Nacional ; et El Indio, fondée par Antonio Duvall et les frères suisses Fullié en 1861, bien que quelques années plus tard, après une division des associés, elle ait été rebaptisée L'Inde, fabriquant des chocolats jusqu'en 1995.

Les deux chocolateries, à leurs débuts, servaient leur public au même endroit où elles produisaient leur chocolat avec les dernières innovations apprises sur le vieux continent.

La Española ou Café El Español, comme on l'appelait aussi, vendait en gros et au détail de la pâte de chocolat produite dans ses propres installations, ainsi que des glaces et des boissons au chocolat.

Alors qu'El Indio vendait ses produits à base de cacao dans son premier magasin, de Gradillas à Sociedad, où il proposait également un service de salon pour femmes, où vous pouviez socialiser avec une tasse de chocolat chaud.

De la boisson cacaotée des haciendas, à celle des premières chocolateries du pays

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, environ, au Venezuela, le chocolat était consommé sous forme de boisson chaude, à base de boules de cacao, produites à la main dans les plantations de cacao.

Bien que les premières tasses de chocolat aient été ils ont pris presque exclusivement dans les plantations de cacao qui se sont établies à partir du XVIe siècle, à l'époque coloniale.

Les esclaves et les ouvriers prenaient le cacao dissous dans l'eau, sans aucune espèce qui en altérait la saveur, et il était consommé tout au long de la journée. Ils l'appelaient cerrero et le servaient en totumas.

Tandis que les familles des cultivateurs de cacao le prenaient tout comme les recettes espagnoles et italiennes.

Au début, le cacao était vendu en petites boules que les gens dissolvaient à la maison avec de l'eau ou du lait, jusqu'au début de l'industrie du chocolat, qui a commencé en Europe et s'est propagée en Amérique avec la migration des Européens qui ont installé des maisons de chocolat dans le pays. remplacées par des tablettes de chocolat moulées pour gobelets, aromatisées cannelle ou vanille.

Et pour son élaboration, ils commencent à populariser le sucre et le lait comme ingrédients fondamentaux de son élaboration, comme il se préparait déjà en Europe.

A la fin du XNUMXème siècle, Londres comptait déjà un certain nombre de chocolatiers qui étaient une sorte de coffee shops spécialisés, et on pense que c'est dans ces lieux que l'idée de mettre du chocolat chaud pour boire du lait est née.

D'un chocolat rugueux et terreux à celui consommé aujourd'hui

La texture rugueuse et terreuse de la pâte de chocolat avec laquelle la boisson chocolatée était fabriquée a commencé à changer en 1828 grâce à différentes innovations.

L'un d'eux est celui du chocolatier néerlandais Conrad van Houten, qui invente une presse à vis avec laquelle il parvient à extraire la quasi-totalité du beurre de cacao des graines broyées, obtenant ainsi un chocolat moins gras.

Des années plus tard, la chocolaterie britannique Fry et fils découvre, en 1847, qu'avec du beurre de cacao pur, extrait des fèves de cacao grâce à cette presse à vis, il était possible de fabriquer des tablettes de chocolat, car avec lui on obtenait une pâte de cacao moins terreuse.

Les nouvelles chocolateries créées au Venezuela, dirigées pour la plupart par des Européens connaissant les dernières innovations en matière de chocolat, ont commencé à les appliquer.

La chocolaterie suisse La India, par exemple, a mis en œuvre toutes les innovations de la fin du XIXe et du début du XXe siècle dans la production de ses tablettes de chocolat, telles que l'utilisation lait, invention réussie du confiseur suisse Daniel Peter, ainsi que d'apporter les machines les plus modernes au pays pour obtenir une meilleure consistance pour ce bonbon.

Les chocolateries se multiplient au Venezuela entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe

L'essor de l'industrie chocolatière dans le pays se traduit, entre 1877 et 1929, par la création de quelque 43 usines nationales spécialisées dans le cacao et ses dérivés, et l'installation de quelque 14 usines étrangères comme Nestlé et Anglo-Swiss Condensed Milk Company, Chocolat- Ménier de Paris.

Dans la dernière décennie du XIXe siècle, les usines Al Indio de Luis Rus y Cía. à Caracas, qui vendait du chocolat à la cannelle et du cacao familial ; La India de Fullié à Caracas, avec des distributeurs à Ciudad Bolívar et Maracaibo, avec ses variétés de chocolat à la cannelle ;

Los Indios de Utrera y Cia., avec ses chocolats innovants à la vanille, aux amandes, à la santé et à la cannelle présentés en barres et au cacao soluble dans le lait ou l'eau ; La Tropical de Gregorio Pérez à Caracas ;

À La Venezolana de Enríquez Olivares de Valencia qui a continué à fabriquer des délices de différentes sortes dans son atelier, du chocolat familial, de la cannelle, offerts en pâtes d'une demi-livre, emballés dans du papier artistiquement imprimé ; L'Indiana des. un. Ettedgui de Puerto Cabello, avec son prestigieux chocolat à la cannelle de première qualité, destiné à l'exportation ; La Sultana del Ávila de Pablo Ramella Sucs. de Caracas.

  • Texte composé d'informations du livre Géohistoire de la sensibilité au Venezuela. Tomes 1 et 2 de Pedro Cunill Grau. Fondation d'entreprise polaire et du livre Manger au Venezuela, du cazavi à la mousse de manioc, de Miro Popic

Laisser un commentaire

articles connexes