Pétillant, amer et épicé, c'est comme ça qu'on mangeait le chocolat en Amérique

Cette boisson, préparée par les Mayas et les Aztèques avec la graine du fruit du cacaoyer, était utilisée lors de cérémonies religieuses.

La présentation et la saveur du chocolat que buvaient les Mayas et les Aztèques au XVIe siècle étaient très différentes de ce à quoi nous sommes habitués aujourd'hui. C'était pétillant, amer et parfois piquant.

Il n'était fait ni de lait ni de sucre, les principaux ingrédients utilisés aujourd'hui pour sa préparation, et il était mélangé avec de l'eau et aromatisé avec des épices que l'on ne trouvait qu'en Amérique centrale, telles que des fleurs aromatiques, de la vanille, chili ou piment, miel sauvage et roucou ou onoto.

Le Milanais Girolamo Benzoni, auteur du livre le Histoire du Nouveau Monde, de 1564, décrivait ainsi la manière dont les Mayas et les Aztèques élaboraient le "chocolat originel".

« Ils ramassent les grains et les mettent à sécher sur des nattes ; plus tard, quand ils veulent qu'ils boivent, ils les font rôtir au feu dans un pot en argile et les broient avec les pierres dont ils se servent pour préparer le pain. Enfin, ils mettent la pâte dans des bols (...) et la mélangeant peu à peu avec de l'eau, ajoutant parfois un peu de ses épices, ils la boivent, bien qu'elle semble plus adaptée aux cochons qu'aux hommes.

En ce qui concerne son goût, Benzoni l'a décrit comme quelque peu amer, mais rafraîchissant, ajoutant que "les Indiens l'estiment par-dessus tout, là où ils y sont habitués".

Tandis que Bernal Díaz del Castillo, l'un des officiers de Hernán Cortés, décrit un banquet, auquel il assista en 1519, de l'empereur aztèque Moctezuma de cette façon:

« Ils lui ont apporté des fruits de tout ce qui était sur la terre, mais il n'a mangé que très peu. De temps en temps on en apportait comme des coupes d'or fin avec une certaine boisson faite du même cacao ; Ils ont dit que c'était pour avoir accès aux femmes (...) mais ce que j'ai vu, c'est qu'ils ont apporté plus de cinquante grandes cruches, faites de bon cacao avec sa mousse, et il en a bu, et les femmes lui ont servi quand il a bu avec beaucoup de respect ».

Comment mangeait-on le chocolat au Venezuela ?

Au Venezuela, le chocolat a commencé à être consommé dans les haciendas plantations de cacao à l'époque coloniale.

Les esclaves et les ouvriers de ces haciendas dissolvaient le cacao dans l'eau et le servaient en totuma. C'était connu sous le nom de cerrero, ils n'ajoutaient ni sucre ni aucun autre édulcorant.

Cependant, une préparation plus élaborée a été la chorote, qui pourrait remplacer le déjeuner et le dîner à la campagne comme dans les villes.

  • Texte élaboré avec des informations des livres La Cocina y los Alimentos de Harold MacGee et Comer en Venezuela de Miro Popic

articles connexes