Au Venezuela, le chocolat La India cup a été bu pendant plus de 100 ans

Tasse de chocolat La India

Cette marque de chocolat de la capitale vénézuélienne, fondée en 1861 par des immigrés suisses, a disparu du marché national peu après avoir été rachetée, dans les années XNUMX, par la multinationale colombienne Colombine.

Pendant des décennies, le chocolat pour tasses bu au Venezuela provenait de la chocolaterie La India, considérée depuis plus d'un siècle comme l'une des meilleures du pays et du monde. Sa recette était suisse et son ingrédient principal : le Cacao vénézuélien.

Fondée en 1861 par les frères suisses Fullié, cette chocolaterie qui possédait plusieurs sites à Caracas disposait dès ses débuts de machines modernes qui donnaient au chocolat une consistance plus fine et une meilleure saveur, remplaçant par sa présence la manière traditionnelle dont le chocolat était présenté. chocolat, en boule de cacao grossièrement moulu.

Il y a eu plusieurs prix nationaux et internationaux que Chocolate La India, qui exportait également ses produits, a obtenus pendant des années.

La India Phosphated Oats-Cacao, un mélange d'avoine et de cacao de Wow et Ocumare, était l'un de ses produits vedettes, ainsi que le Phosphatine Fullie, un aliment fait pour les malades et les enfants.

En 1913, ils ajoutent à leur chaîne de production des chocolats qu'ils nomment Duncan, cacao et poudre de chocolat soluble, qu'ils recommandent "à toutes les personnes souffrant d'estomac fragile et à celles qui, en raison des graisses qu'elles contiennent, ne peuvent pas digérer le chocolat en tablette".

Une autre attraction de cette usine des frères Fullié est qu'elle avait une cafétéria à Caracas, située entre les coins de De Gradilla a Sociedad, et une toilette pour dames, dans laquelle du chocolat chaud était bu dans une tasse préparée avec la recette suisse et française. .

Chocolate India change de main

Lorsque l'un des frères Fullié décède en 1913, et lorsque l'autre est contraint de quitter le Venezuela pour des raisons médicales, il décide, après un demi-siècle de tradition chocolatière dans le pays, de vendre l'usine à un groupe d'hommes d'affaires de Caracas.

Celle-ci est acquise par Julio Blanco Ustariz, Lewis J. Proctor, L. Pérez Díaz, Rafael Max Valladares, Alfredo et Oscar A. Machado, qui conservent le nom de la société Fullié et la marque La India.

En 1918, ces nouveaux investisseurs ont acquis un terrain à Santa Rosalía, Caracas, entre les coins de Rosario et de San Roque, où ils ont installé la chocolaterie, qu'ils ont modernisée huit ans plus tard avec l'achat de nouvelles machines, avec lesquelles ils faire du chocolat fondant et avec du lait.

Au milieu du XXe siècle, Chocolate La India a déménagé dans la rue Colombia à Catia, et dans les années XNUMX, elle a été acquise par la famille Mayoral et intégrée au groupe Fiesta.

Au fil du temps, il y a d'autres produits que Chocolate La India apporte sur le marché, parmi lesquels les Dandy, des dragées au chocolat recouvertes de bonbons aromatisés qui sont toujours proposées à la vente sur le marché vénézuélien avec le sceau de Colombine, et les Taquitos, dont seules les anciennes générations de Vénézuéliens se souviendront.

Colombina achète Chocolate India

Fin mai 1995, après un an de négociations secrètes, Colombina obtient 100 % des parts du groupe vénézuélien Fiesta, dans une opération signée au Panama par l'intermédiaire de Baninsa.

Grupo Fiesta était une entreprise familiale créée en 1955 par les maires, dont le premier fabricant de confiseries et de bonbons a été établi à Porto Rico pour exporter au Venezuela.

Au moment de la vente, le groupe comptait trois sociétés : Chocolate La India, basée à Catia, Caramelos Fiesta et Distribuidora Cadupaca, avec 20 magasins au Venezuela.

L'intégration de Chocolate La India dans la multinationale colombienne signa bientôt la fin d'une des premières chocolateries installées dans le pays.

Le groupe Colombina n'était pas intéressé par sa pérennité et, au contraire, a décidé de le fermer pour conserver le marché de la confiserie qu'il avait conquis dans le pays.

Le premier siège de l'usine La India à Caño Amarillo, situé dans un bâtiment situé sur l'avenue principale de Caño Amarillo, abrite actuellement une typographie et fait partie du noyau de développement endogène du centre touristique El Calvario. Il est considéré comme un immobilier.

  • Ce texte a été préparé avec des informations tirées des livres Entreprises multinationales latino-américaines, le cas des investissements directs colombiens en Équateur, au Mexique, au Pérou et au Venezuela, par Andrés Franco et Philippe De Lombaerde (année 2000) ; L'industrialisation pionnière au Venezuela : 1820-1936, par Gerardo Lucas, 1998 UCAB ; et le livre Géohistoire de la sensibilité au Venezuela. Tomes 1 et 2 de Pedro Cunill Grau. Fondation d'entreprise polaire

articles connexes