À Caracas, il y avait un chocolat appelé La Sultana del Ávila

Le sultan d'Avila

Les propriétaires de cette chocolaterie, qui a ouvert ses portes à Caracas à la fin du XIXe siècle, sont à l'origine de la création du pain au jambon en 1905.

La forte demande de chocolat au Venezuela entre le milieu du XIXe siècle et le début du XXe a donné lieu à la création de dizaines d'usines pour la production de ce produit dans tout le pays, comme La Sultana del Ávila, créée par une famille de boulangers d'origine canarienne installés à Caracas depuis 1851.

Les archives enregistrent l'installation, entre les années 1877 et 1929, sur tout le territoire vénézuélien de quelque 43 chocolateries national spécialisé dans le cacao et ses dérivés ; et 14 étrangers enregistrés pour l'importation.

La Sultana del Ávila, décrite comme une grande fabrique de chocolat et de cacao, fabriquait ses barres et mélanges pour tasses avec du cacao de la variété "Caracas", reconnue dans les recettes des cuisiniers européens entre le XVIIe et le XIXe siècle comme l'une des meilleures de le monde pour sa saveur et son arôme raffinés.

Cette marque de chocolat a été pendant quelques années considérée comme la concurrence du chocolat L'Inde, dont la production a été récompensée nationalement et internationalement comme l'une des meilleures.

L'image qui identifiait la marque de chocolat La Sultana del Ávila était le dessin d'une femme habillée en déesse tenant quelque chose de semblable à une barre de chocolat dans l'une de ses mains. Et au fond de celle-ci, une partie de l'imposante Ávila du côté de la vallée de Caracas.

La famille Ramella avait l'habitude de publicité de ses boulangeries et de sa marque de chocolat dans la presse du XIXe et du début du XXe siècle.

Et c'est que le propriétaire de cette chocolaterie, Pablo Ramella Sucs., possédait également, avec sa famille, cinq boulangeries à Caracas et deux à La Guaira.

Cette famille se voit attribuer, en 1905, la création du pain au jambon, dans sa boulangerie "Ramella", qui se trouvait au coin de Gradillas, à Caracas.

Los Ramella : boulangers et chocolatiers aux saveurs vénézuéliennes

Pablo Ramella, né aux îles Canaries, en Espagne, a commencé à se consacrer au métier de boulanger avec sa famille au milieu du XIXe siècle.

En 1871, elle possédait déjà la Boulangerie Ramella, située au coin de Gradillas, au centre de Caracas.

Et à la fin du XIXe siècle, en plus de fabriquer l'un des pains les plus vendus de la ville, Ramella a commencé à fabriquer son propre chocolat, qu'elle vendait dans ses boulangeries sous la marque La Sultana del Ávila.

En 1920, la famille Ramella possédait cinq boulangeries à Caracas, parmi les plus importantes, "Ramella", au coin de Gradillas, et "El Guanábano", célèbre pour son pain piquito.

Ils avaient également deux boulangeries à La Guaira et sous leur responsabilité un total de 214 employés.

Laisser un commentaire

articles connexes