Le cacao a été le premier produit d'exportation du Venezuela

Cacao

Pendant deux siècles, ce fruit a été dans notre pays le premier produit commercialisé à l'étranger avant le café et l'huile. Le cacao de Chuao s'échangeait très bien sur le marché d'Amsterdam.

À partir du XVIIe siècle, le cacao est devenu le principal produit de l'agriculture vénézuélienne pour le commerce extérieur, et les Hollandais ont été les premiers à apporter ce fruit produit dans notre pays en Europe.

cacao de la Ferme Chuao, la plus ancienne entreprise encore en activité au Venezuela, était très appréciée dans la capitale néerlandaise.

Alors que les Espagnols l'exportaient vers le Mexique, un pays où se trouvait le plus grand marché pour cet article, mais cela allait bientôt changer.

La commercialisation de ce produit fut reprise un peu plus d'un siècle plus tard par la Compagnie Guipuzcoane, une société dont l'objectif était de prendre le monopole du commerce dans la province du Venezuela, en particulier le cacao comme principal produit d'exportation, et dont l'un des actionnaires était le roi d'Espagne.

Cacao
Pendant deux siècles, le cacao a été le principal produit d'exportation du Venezuela.

Le plus exporté de l'époque coloniale

Le cacao a été le premier produit commercialisé à l'étranger au Venezuela et presque le seul pendant la période coloniale.

Pendant la colonie dans notre pays, l'agriculture de subsistance prédominait, mais le cacao avait atteint une importance croissante pour l'exportation, qui a commencé avec les Hollandais et a ensuite été prise par les Basques, soutenus par la Couronne espagnole.

Son principal acheteur était l'Espagne, mais les guerres auxquelles ce pays a participé, principalement avec la Grande-Bretagne, ont fini par entraver les échanges commerciaux.

Cela a produit, au milieu du XVIIIe siècle, l'expansion et la diversification d'autres produits agricoles destinés à l'exportation.

En raison de son climat, de son sol et de sa proximité avec l'Europe, le Venezuela était le pays du Nouveau Monde qui occupait une position privilégiée pour commercer avec l'Europe.

De 1810 à 1925, le café était le principal produit d'exportation du pays.

Le café remplace le cacao dans les exportations

De la Indépendance du Venezuela de la couronne espagnole, après la première décennie du XIXe siècle, les guerres sanglantes et longues ont gravement affecté la production agricole du pays, et celle du cacao.

De nombreuses années plus tard, à la suite de ces batailles, en 1840, la production de cacao était la moitié de ce qui avait été obtenu en 1810. De plus, le café avait déjà remplacé ce fruit en tant que premier produit d'exportation.

En 1844, la valeur du café représentait 37 % des exportations totales du Venezuela, tandis que celle du cacao était de 21 %. Cependant, tous deux sont restés les deux principaux produits d'exportation, représentant entre 50% et 70% de la valeur des exportations du pays au cours du XIXe siècle.

En 1880, les exportations de café et de cacao généraient plus de 75% des devises étrangères reçues au Venezuela, et ces ressources étaient utilisées par le président Antonio Guzman Blanco pour financer des travaux d'infrastructures, principalement des routes, dans les zones où ces cultures étaient pratiquées.

L'économie de monoculture du pays s'est développée au cours des vingt dernières années du XIXe siècle, le café passant de 54,6 % des exportations totales dans les années 74,2 à 1890 % de celles-ci au cours des années XNUMX.

Cependant, la baisse du prix du café commence à affecter sa production. Le prix du kilo était passé de 1.65 Bs. entre 1889 et 1890, avec une hausse significative de 5.47 Bs. entre 1894 et 1895, pour commencer à baisser considérablement entre 1897 et 1898 à une valeur de 1.20 Bs., jusqu'à atteindre entre 1902 et 1903 à Bs. 0.64.

La baisse des prix du café s'est accentuée à partir de l'année 1898 en raison de la surproduction de cet article au Brésil, affectant les prix des marchés mondiaux.

En plus de cela, les taxes à l'exportation élevées sur le café et le cacao imposées par le président José Cipriano Castro compliquent la compétitivité des producteurs sur le marché international.

De nombreuses exploitations de café et de cacao vénézuéliennes endettées et inefficaces ont été abandonnées.

Depuis 1925, le pétrole est devenu le premier produit d'exportation du Venezuela.

Le pétrole remplace le café et le cacao tombe

avec le général Jean-Vincent Gomez Les taxes à l'exportation sur le café et le cacao sont supprimées, et ce premier poste continue d'être la base de l'économie vénézuélienne jusqu'à ce qu'il soit dépassé par le pétrole en 1926.

Quant au cacao, il est resté le deuxième produit agricole du pays. En 1907, un total de 5.000 XNUMX plantations de cacao étaient dénombrées au Venezuela.

Le prix du cacao est resté stable sur le marché mondial entre 1913 et 1929. Un sac de 50 kilogrammes se vendait en moyenne 74 Bs., et ce n'est qu'au cours des années 1931 et 1935 qu'il a chuté de manière significative.

À la fin de la période dictatoriale de Gómez, le cacao ne représentait qu'une petite fraction des exportations totales du pays.

  • Ce texte a été préparé avec des informations du livre Politique et économie au Venezuela 1810-1991 de la Fondation John Boulton

articles connexes